Le bois du Laoul

LA FORET DU LAOUL

 

La forêt du Laoul, la plus grande forêt communale d’un seul tenant en Ardèche recouvre une superficie de près de 2000 ha.

 Elle est aujourd’hui un formidable espace de pleine nature, peuplé d’une faune et d’une flore très riches. Les sentiers de randonnée, praticables à pied, à VTT ou à cheval vous proposerons d’agréables balades, de tous les niveaux, praticables en toutes saisons. Ces sentiers sont intégrés au Plan Départemental des Itinéraires et Promenades de Randonnée et balisés conformément à la charte du département. Un topo-guide est à votre disposition à l’Office de Tourisme ou chez certains commerçants du Bourg.

 

Un peu d’histoire !

Divers vestiges et traces témoignent de la présence de l’homme depuis très longtemps dans le Bois du Laoul. Parmi les plus anciens vestiges, se trouvent les dolmens, lieux de sépultures datant de la fin du Néolithique (3000 à -1800 ans av. J-C), période charnière de l’évolution de l’homme. C’est en effet, à cette période que l’homme se sédentarise et commence à maîtriser son environnement (agriculture, élevage…). Partant d’Alba la Romaine, une voie romaine passe au hameau du Rimouren avant de traverser le Laoul et de rejoindre Bourg-Saint-Andéol. Elle forme, sur le secteur de « La Mourade », une grande ligne droite axée sur le massif de la « Dent de Rez ». Des traces bien plus récentes témoignent de la présence et du travail de l’homme dans le Laoul au cours des siècles derniers. La végétation était beaucoup plus clairsemée qu’aujourd’hui. Le bois, véritable richesse, faisait l’objet de nombreuses utilisations (chauffage, cuisson, construction, mobilier, outils, tanin naturel …) et on procédait à la déforestation pour cultiver la terre et en extraire le maximum de ressources. Des carrières datant du XIXème siècle se trouvent également dans le Laoul. Elles ont servi à l’aménagement du Rhône, à la construction des voies ferrées et de la ville. L’élevage du mouton était très présent sur le secteur au début du siècle dernier. De magnifiques cabanes en pierres sèches, servant d’abris lors des intempéries constituent les seules traces restantes de ces bergeries. D’autres petites maisons, très nombreuses dans le Laoul, sont celles des charbonniers. L’exploitation des charbonnières a commencé dès le XVème siècle avec les besoins en combustible de certaines industries locales (fonderies, verreries, maréchaleries…). Elle fut très importante du XIXème siècle aux années 1930, avec le développement des villes et des usages domestiques (cuisine, chauffage). Le chêne vert était réputé pour donner un charbon de bonne qualité. La chapelle de Chalon construite il y a plus de 800 ans, évoque par ailleurs l’importance de la religion en ces lieux. Il existe encore de nos jours un pèlerinage vers cette chapelle. Il s’effectue le 8 septembre et le dimanche le plus proche de cette date. Il est suivi, non seulement par les Bourguésans, mais aussi par tous les pèlerins du canton.